De Nellie BLY.

 

10 jours dans un asile

 

Plutôt que de vous faire tout un descriptif, je vais reprendre la quatrième de couverture du livre, qui plante parfaitement le décor : "Engagée en 1887 au New York World du célèbre Joseph PULITZER, Nellie BLY a pour mission de se faire passer pour folle et d'intégrer un asile d'aliénés : le Blackwell's Island Hospital à New York. Elle y reste 10 jours et en tire un brûlot. Dans ce reportage 'undercover", elle met en lumière les conditions épouvantables d'internement des patientes ainsi que les méthodes criminelles du personnel."

En lisant un peu plus de la centaine de pages de ce livre, on se rend compte qu'à l'époque, il est très facile, voire trop d'ailleurs de se faire passer pour folle et que l'examen médical est très succinct... Et oui, folle et non fou, car c'était le "privilège" des femmes.

Que les conditions d'internement sont très sommaires et plus que déplorables : confiscation des effets personnels, dépersonnalisation des patientes, nourriture infecte, pas de chauffage, couchage sommaire, privation de sommeil, toilette à l'eau froide, etc... Toutes ces conditions pouvant contribuer à faire basculer dans la folie toute personne saine d'esprit si elle est un tant soit peu fragile.

Ce reportage aura eu, à l'époque, le mérite de débloquer des fonds, afin d'améliorer les conditions de prise en charge des patientes.

Neelie BLY fût la pionnière du reportage clandestin. A la suite du reportage sur l'asile, vous retrouverez également 2 autres reportages : l'un sur la recherche de travail en tant que domestique et l'autre sur les ouvrières.

Au-delà du journalisme d'investigation, ses reportages amorcent les prémices de la lutte pour l'émancipation des droits des femmes.

Un récit mené à la première personne et dans lequel on entre pour ne ressortir qu'une fois la dernière page lue tellement on est pris par l'histoire.

 

Bonne lecture !!!