De Jonathan GRIMWOOD.

 

Le dernier banquet

 

Jean-Marie Charles d'Aumout, 5 ans, fils de nobles désargentés et décédés depuis 1 mois, est retrouvé dans la cour de la demeure de ses parents, près d'un tas de fumier, en train de manger des scarabées...

A partir de là, sa vie va changer. Même si c'est un noble désargenté, il a un nom et cette position est préférable à celle de bourgeois et de paysan... Il est emmené en pensionnat où il commencera une éduquation en lien avec son "rang". Il y fera l'apprentissage des us et coutumes de la noblesse, y découvrira également l'amitié et ses premiers émois, ainsi que la cuisine !!!

Tout au long du livre, on suit son évolution et son ascension dans le Monde de l'époque, le XVIIIème siècle. Jean-Marie développera une passion pour la cuisine et goûtera à tout en variant les "mets" et les recettes, comparant chaque expérience entre elles, qu'il retranscrira dans un livre jusqu'à la fin de sa vie. Il continuera à se livrer à celle-ci en en repoussant sans cesse les limites au grès du cours de l'Histoire, des guerres de pouvoir, des bouleversements sociaux et politiques, nous emmenant vers la Révolution. 

Je me suis vite laissée prendre par l'histoire. Malgré le titre, la cuisine n'y a pas une place envahissante, elle y est distillée, car faisant partie de la vie de Jean-Marie ; celui-ci fait plutôt allusion à la fin du livre, dont je vous laisse la primeur bien entendu. J'avoue avoir fermé avec regret ce livre, car le personnage de Jean-Marie est attachant et le moment où il décide de nous quitter est en pleine mutation. Il a traversé cette époque à sa manière, de façon détachée et en en acceptant tout simplement le déroulement, tout en étant maître de sa FIN, sans avoir été celui de sa FAIM, car il écrit : "Moi, j'ai eu faim toute ma vie".

Voilà pour ce roman : une belle découverte.

L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ?

 

Bonne lecture !!!