Fin juin, nous sommes allés avec Mr Ô Fil de au Main Square Festival à Arras.

Nous y sommes tout particulièrement allés pour System Of A Down : né aux milieux des années 90, ce groupe californien est constitué par 4 américains d'origine arménienne. Il est devenu une icône du néo hard rock, dès la sortie de leur premier album en 1998. Avec des textes clairement engagés (dont nombre concernent le génocide arménien) et un son lourd, marqué par le rock progressif, l'expérimental et une utilisation créative d'instruments peu courants dans le genre métal, comme l'oud, les cithares ou les guitares à 12 cordes chères au folk.

Avis perso : en un mot GENIAL !!! Simple et efficace.

 

System of a down (2)

 

System of a down

 

Nous y avons découvert The No Face : ce groupe est composé de 4 anciens membres de Skip The Use. Le chanteur ayant commencé une carrière solo. Ils prennent un nouveau départ en se dissimulant derrière un concept anonyme représenté par un masque barré d'une croix blanche, histoire de s'essayer à divers projets artistiques. Pour leur première scène, avec un album à paraître à l'automne, The No Face a recruté Oma Jali, chanteuse d'origine camerounaise, qui apporte ses épices métissées au rock puissant d'un groupe neuf.

Avis perso : un style qui n'est pas sans rappeler Skunk Anansie avec la chanteuse actuelle. Le concept avec les masques est un peu gâché par le fait que la chanteuse ne l'avait pas également, mais qui peut se comprendre si effectivement ils souhaitent tester d'autres choses et que la chanteuse ne restera pas définitivement. Sympa, mais il manquait un "je ne sais quoi" pour me convaincre complétement.

 

The No Face

 

The No Face (2)

 

The No Face (3)

 

The No Face (4)

 

Puis Biffy Clyro : un trio écossais avec des frères jumeaux à la rythmique, ça devrait suffire pour intriguer. Les fans d'un autre trio se souviennent les avoir vus en première partie de Muse au Parc des Princes en 2007, car les garçons de Kilmarnock, près de Glasgow, ont souvent été invités par leurs collègues et y balancer leur post rock alternatif et leur hardcore romantique, rappelant parfois Nirvana.

Avis perso : une découverte, une belle découverte !! oscillant effectivement entre les ballades romantiques et des titres qui bougent. On peut dire qu'ils mettent l'ambiance.

 

Il y a eu Franck Carter and the Rattlesnakes : après s'être fait une réputation au sein de Gallows, groupe phare du hardcore punk britannique, puis du fugace Pure Love, le tatoué Frank Carter est revenu vers ses racines, purement hardcore et sans concession au rock alternatif, en fondant en 2015 Frank Carter & The Rattlesnakes. Figure quasi mythique du rock éruptif, Carter et ses serpents à sonnettes viennent de proposer un second album très abouti, nommé Modern Ruin. Une bonne définition de ce que sera la scène après leur passage.

Avis perso : un bon rock qui bouge et on ne peut pas dire que Franck Carter se ménage lors de leur prestation. L'ambiance était au RDV. Une belle découverte également.

 

Puis Don Broco : ce groupe s'est formé en 2008, à Berford, en Angleterre. Le quatuor n'hésite pas à exploser les barrières des genres, passant avec aisance du nu métal au pop rock ou du rock alternatif au post hardcore. Don Broco sait comment faire pour attraper une foule par les pieds : ne pas lésiner sur l'énergie et la bonne humeur, et le tour est joué.

Avis perso : de l'énergie, de la bonne humeur, il n'y a pas à dire... Mais cela ne m'a pas convaincu pour autant. Le sourire ultrabrite très peu pour moi, pas assez naturel. J'ai trouvé leur prestation et surtout celle du chanteur trop surjouée. Quant à leur musique, je n'ai pas eu le sentiment de voir de nuances dans leur style.

 

Don Broco

 

Puis nous avons vu The Inspector Cluzo : aucun autre groupe ne ressemble à The Inspector Cluzo : 800 concerts donnés depuis 2008 dans 44 pays. Pour le duo gascon, qui « dans le civil » élève (de façon bio) canards et oies, et fabriquent rillettes et foies gras qu'ils vendent au marché de Mont de Marsan. Ils cuisinent leur rock funk sans OGM de la même façon, instinctif et viscéral, et le transmettent sur scène avec une explosivité rare et une bonne humeur communicative, née dans l'aboutissement parfait de l'esprit et des valeurs do it yourself.

Avis perso : un groupe français, qui mérite le détour et qui n'a rien à envier aux autres. A découvrir !!

 

The Inspector Cluzo

 

Il y a eu d'autres groupes que nous n'avons pas eu l'occasion de voir ce jour-là : North Rain, Talisco, Above and Beyond, Machine Gun Kelly, Soulwax et Vitalic ODC Live, car nous sommes arrivés un peu en décalage et repartis avant la fin.

Une première fois à Arras. Je m'attendais à un site plus grand, mais il est juste bien, afin de pouvoir alterner entre les scènes. Nous avons eu de la chance, niveau temps, car la météo avait annoncé de l'orage et nous n'avons essuyé que quelques gouttes, un peu de vent et de gros nuages menaçants. 

Merci à Mr Ô Fil de pour le crédit photo ;-))

 

Avez-vous déjà eu l'occasion d'y aller?!

 

Bonne soirée !!!